« Les Grands footballeurs », de Nicolas de Staël.

Le 18/01/2016


« Les Grands footballeurs », de Nicolas de Staël

Lors de la rencontre au Parc des Princes de la France et de la Suède, le 26 Mars 1952, Nicolas de Staël, peintre russe ayant fui la révolution, se trouvait dans les tribunes.

N’étant pas là par passion du football, il a observé ce match d’un regard extérieur. Il qualifie alors ce qu’il a vu de « choc artistique », qui le pousse à produire pendant deux mois plus d’une vingtaine d’huiles sur toile.

Nicolas de Staël est hyper-sensible (souvent assimilé à Van Gogh pour son caractère), et amateur de poésie (ami du poète René Char avec qui il a collaboré) ; il sait donc capter le charme et la beauté des choses, et il voit dans le football quelque chose qui relève du « Merveilleux. Entre ciel et terre, sur l’herbe rouge ou bleue, une tonne de muscles voltige en plein oubli de soi avec toute la présence que cela requiert en toute invraisemblance », confie-t-il à René Char.

Ce choc aura été une telle révélation qu’il quitte l’abstrait pour entrer dans une longue période de figurisme.

Son art est informel. Il refuse en effet les étiquettes, et mélange les genres du cubisme par ses formes, du fauvisme par l’intensité de ses couleurs, et de l’impressionnisme par les épaisses couches de peinture étalées à la spatule, pour composer son propre genre.

Ses applications épaisses de peinture constituent des formes figuratives représentant les mouvements des joueurs, par la vivacité des couleurs, et sans ne comporter aucune délimitation. La matière est posée sur la toile d’un geste vif mais réfléchi, tout comme le mouvement de jambes du joueur.

Un match de football est une scène particulière, où la volonté de victoire pousse des couleurs à s’animer avec tumulte sur un fond vert, ici dans la nuit. Nicolas de Staël nous rapporte cette scène avec impressionnisme, pour nous faire ressentir l’effet palpitant du match. Il appelle même son projet « Les Grand footballeurs », titre honorifique soulignant l’impression de grandiose que transmet l’atmosphère du football.

Le fait qu’il ne soit pas au départ amateur de ce sport lui a permis de ne pas s’investir tout de suite dans le jeu, mais d’observer avec sa sensibilité ce qu’il découvrait. Il nous lègue ainsi des œuvres originales par lesquelles il retranscrit la beauté du football.

 Nicolas de Stael 3

Nicolas de StaëlNicolas de Staël 5